La Romanie ou histoire, langue, littérature, orographie, statistique des peuples de la langue d'or, Ardialiens, Vallaques et Moldaves résumés sous le nom de Romans

Front Cover
Arthus Bertrand, 1844 - 464 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 354 - Jésus-Christ, mais pour l'empire et la religion des Chrétiens, « Sa Majesté Impériale et Royale ne s'est pas refusée à recevoir Notre « province sous Sa protection et à Nous reconnaître pour Son Vassal : « Elle a daigné même Nous secourir généreusement et promptemenl « et chargea le très Révérend Etienne Szuhay, évêque de Weizen.
Page 393 - Or quant à mon ancestre, il a tiré sa race D'où le glacé Danube est voisin de la Thrace : Plus bas que la Hongrie, en une froide part, Est un Seigneur nommé le Marquis de Ronsart, Riche d'or et de gens, de villes et de terre.
Page 355 - ... considérables de la Transylvanie et d'autres lieux. Pareillement, si notre présence était nécessaire en Transylvanie ou dans les pays voisins, nous nous engageons à nous y rendre en personne au premier ap'pel de Sa Majesté ou de l'archiduc, moyennant payement de nos troupes par le trésor impérial. Les canons, la poudre, les boulets et autres instruments de guerre nous seront fournis par Sa Majesté Impériale ou en son nom par le sérénissime Maximilien.
Page 315 - Moçoc? dit le voïvode à son ministre; « que faut-il répondre? que faut-il <•• faire? • — « Mitrailler cette ca« naille , » répond Moçoc. — « Tout « beau! vomie, reprend Alexandre; ce « serait dommage pour un seul homme ; « allons , décide-toi ; » et à ses gardes : « Jetez-le au peuple, et dites-lui que le « duc Alexandre en fera toujours autant « de ses spoliateurs. » Moçoc est livré à la multitude et mis en pièces en un instant.
Page 142 - La terre appartenait à l'État : l'État seul en avait la domnia, la mas'ia absolue. Elle était divisée en deux parts : celle <Jes terrain ou mos'neni, et celle de l'État proprement dite ou de la commune. Les mos'négi seuls avaient droit aux biens communaux. Ils n'en étaient pas propriétaires, mais possesseurs. A la mort du titulaire , la famille n'héritait pas ; les biens retournaient à l'État. « ;>" Le duc était élu par la nation. « 4° Les fils du souverain n'héritaient point des...
Page 354 - Valachie, nous avons résolu de la rendre à son premier état. Ainsi que nous l'avions déjà rattachée à la couronne de Hongrie, comme elle l'était jadis, nous l'unissons à l'Empire ; reconnaissant pour notre seigneur et roi légitime et naturel Sa Majesté...
Page 272 - Tune et l'autre en proie à des malheurs inévitables et d'être les lâches spectateurs de leur ruine. Quoi qu'il arrive, vous ne devez jamais douter que le Dieu de nos pères , qui seul produit des merveilles , ne se laisse toucher par les larmes de ses serviteurs, et ne vous exauce un jour en cicatrisant...
Page 229 - Certes , les conditions de ce traité sont telles qu'il y aurait progrès d'en pouvoir jouir aujourd'hui ; malheureusement tout ce qu'elles semblent prévenir arrive , tout ce qu'elles veulent conserver disparaît , et la Vallaquie-est perdue.
Page 46 - Romains se soient mêlés ou non aux barbares, c'est ce qu'il est difficile d'affirmer, puisque l'histoire n'en dit rien. Ce que l'on sait , c'est que les Huns, les Avares et tous les Scythes n'étaient que des conquérants qui ne cultivaient point la terre, et ne vivaient que de rapines. Il leur fallait donc des laboureurs et des pâtres, et ils durent s'estimer heureux d'en trouver dans les colons. Ainsi les colons restèrent dans leur intérêt , et il était de l'intérêt des barbares de les...
Page 314 - Spancioc, quise hâtent, au contraire, de passer le Dniester. Le repas était somptueux ; les salves d'artillerie mêlées à la musique militaire enthousiasmaient les convives ; les vins de Cotnar et d'Odobesci coulaient à flots ; la gaieté était grande; le tyran lui-même avait déridé son front , lorsque le jeune Veveriça...

Bibliographic information