Conquête de l'Andalousie: campagne de 1810 et 1811 dans le Midi de l'Espagne

Front Cover
Anselin et Pochard, 1823 - Peninsular War, 1807-1814 - 270 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 265 - ... le point du jour. Lorsque l'aurore parut, il s'avança vers la place à pas de loup, afin de découvrir les sentinelles anglaises, et de choisir le passage qui lui paraîtrait le plus favorable et le moins périlleux.
Page 59 - Les villages, dans les incursions suivantes, avaient leurs habitants; mais encore en défiance, le paysan tenait sa maison fermée et barricadée. Le soldat, quoique harassé de fatigue, retrouve alors un reste de forces, et tire, à l'insu de ses chefs, une vengeance aussi prompte que déplorable d'une pareille réception. La porte du logement désigné est sur-le-champ enfoncée; et le pillage, la dévastation, quelquefois des voies de fait criminelles, deviennent les suites terribles et par malheur...
Page 264 - Coa , et se cacha derrière un rocher jusqu'à l'entrée de la nuit. Alors il se mit en marche , évitant adroitement les postes ennemis. Arrivé à une certaine distance , il lui fallut faire un saut de...
Page 266 - ... s'en' retournèrent à leur poste. Tillet resta encore quelque temps dans l'eau et en sortit tout glacé pour approcher d'Almeida. Près d'arriver sur les glacis de la place, il trouva deux sentinelles ennemies au détour d'un chemin, et il profita du moment où elles se promenaient eu lui tournant le dos, pour s'élancer à la course et pour se précipiter dans le chemin couvert.
Page 56 - Souvent la trac* de ce chemin disparaît en entier, et le soldat ne rencontre sur son passage que des espèces de degrés grossièrement taillés dans le roc moins par la main des hommes que par le travail de la nature, qu'il doit gravir ou descendre avec peine, s'aidant de ses mains et de ses armes, au risque...
Page 226 - ... surtout à ses deux extrémités, contre le village et à l'extrême droite, où les efforts avaient été les plus acharnés, étaient rem plies d'ossements calcinés, provenant de la combustion des morts, que les Anglais sont dans la coutume de faire, soit pour dissimuler leur perte, soit par mesure sanitaire. L'effroyable quantité de ces débris suffirait pour attester la perte énorme des alliés dans la journée du 16, à défaut d'autres documents.
Page 225 - ... de vivre. Le soleil brûlant de juin les avait réduits, desséchés et noircis, sans changer sensiblement leurs traits, et leur donnait une ressemblance parfaite avec ces momies égyptiennes, objets repoussants de curiosité et de recherches (i 5).
Page 264 - Tous ces'habitants dormaient paisiblement, mais en cherchant une issue au milieu de l'obscurité , Tillet foule aux pieds quelques femmes et quelques paysans qui se réveillent en criant au voleur. Pour se sauver il marche sur d'autres personnes qui crient encore plus fort en se réveillant. Il allait être pris, lorsque heureusement pour lui il imagine de se coucher dans un groupe et de ronfler comme les autres. On...
Page 225 - Elle traverse un instant après le pont, dont les ruines retracent encore les ravages du canon ennemi sur les colonnes du général Godinot, lorsque ce dernier s'était obstiné à y faire défiler sa troupe.
Page 57 - A l'officier! au sergent!» s'écriait -il avec une ironie barbare. Le coup partait, et l'officier ou le sergent, tombant blessé à mort, justifiait trop souvent l'adresse perfide du féroce montagnard. Il n'était pas rare que les priL.

Bibliographic information