Traditions et souvenirs touchant le temps et la vie du général Auguste Colbert, 1793-1809, Volume 2

Front Cover
V. Havard, 1882 - France - 1046 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 173 - Tout ce qui peut contribuer au bien de la Patrie est essentiellement lié à mon bonheur. J'accepte le titre que vous croyez utile à la gloire de la nation. « Je soumets à la sanction du peuple la loi de l'hérédité. » J'espère que la France ne se repentira jamais des honneurs dont elle environnera ma famille. Dans tous les cas, mon esprit ne sera plus avec ma postérité, le jour où elle cesserait de mériter l'amour et la confiance de la grande nation.
Page 201 - Nous ne ferons plus de paix sans garantie : notre générosité ne trompera plus notre politique. « Soldats , votre Empereur est au milieu de vous. Vous n'êtes que l'avant-garde du grand peuple ; s'il est nécessaire il se lèvera tout entier à ma voix pour confondre et dissoudre cette nouvelle ligue qu'ont tissue la haine et l'or de l'Angleterre.
Page 320 - Saxe qu'ils veulent obliger à renoncer, par une transaction honteuse, à son indépendance, en la rangeant au nombre de leurs provinces ; c'est enfin vos lauriers qu'ils veulent arracher de votre front. Ils veulent que nous évacuions l'Allemagne à l'aspect de leurs armes 1 Les insensés!
Page 201 - Vous n'êtes que l'avant-garde du grand peuple ; s'il est nécessaire il se lèvera tout entier à ma voix pour confondre et dissoudre cette nouvelle ligue qu'ont tissue la haine et l'or de l'Angleterre. « Mais , soldats , nous aurons des marches forcées à faire , des fatigues et des privations de toute espèce à endurer; quelques obstacles qu'on nous oppose nous les vaincrons , et nous ne prendrons de repos que nous n'ayons planté nos aigles sur le territoire de nos ennemis.
Page 172 - Il stipule pour les générations à venir , et , par un pacte solennel , il confie le bonheur de ses neveux à des rejetons de votre race. » Ceux-ci imiteront vos vertus. » Ceux- là hériteront de notre amour et de notre fidélité.
Page 320 - Marchons donc , puisque la modération n'a pu les faire sortir de cette étonnante ivresse ! Que l'armée prussienne éprouve le même sort qu'elle éprouva il ya quatorze ans ! Qu'ils apprennent que s'il est facile d'acquérir un accroissement de domaines et de puissance avec l'amitié du grand peupie , son inimitié ( qu'on ne peut provoquer que par l'abandon de tout esprit de sagesse et de raison ) est plus terrible que les tempêtes de l'Océan ! » Donné en notre quartier impérial à Bamberg...
Page 172 - ... nos drapeaux ; elle a établi la règle et l'économie dans les dépenses publiques : la nation, rassurée par l'usage que vous en avez su faire, a repris confiance dans ses propres ressources ; votre sagesse a calmé la fureur des partis; la religion a vu relever ses autels; les notions du juste et de l'injuste se sont réveillées dans l'âme des citoyens quand on a vu la peine suivre le crime , et d'honorables distinctions récompenser et signaler les vertus. > Enfin , et...
Page 255 - Soldats! ce succès est dû à votre confiance sans bornes dans votre empereur, à votre patience à supporter les fatigues et les privations de toute espèce , à votre rare intrépidité. Mais nous ne nous arrêterons pas là ; vous êtes impatients de commencer une seconde campagne.
Page 165 - Tout gouvernement sage, dit-il , se doit à lui-même et au monde en général de profiter de tout mécontentement qui existe dans le pays avec lequel il peut se trouver en guerre , et , par conséquent , de prêter aide et assistance aux projets des mécontents.
Page 383 - ... plane sur la Vistule. Le brave et infortuné Polonais, en vous voyant, croit revoir les légions de Sobieski de retour de leur mémorable expédition. » Soldats, nous ne déposerons point les armes que la paix générale n'ait affermi et assuré la puissance de nos alliés; n'ait restitué à notre commerce sa liberté et ses colonies. Nous avons conquis, sur l'Elbe et. l'Oder, Pondichéry, nos établissements des Indes, le cap de Bonne-Espérance et les colonies espagnoles.

Bibliographic information