La campagne de 1814 d'après les documents des archives impériales et royales de la guerre à Vienne: la cavalerie des armées alliées pendant la campagne de 1814, Volume 3

Front Cover
Librairie militaire de L. Baudoin, 1894 - Europe
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 150 - Votre gouvernement a constamment essayé de tout avilir, pour avoir le droit de tout mépriser; il est temps que ce système change. Tous les hommes éclairés forment des vœux pour la conservation de la France ; ils désirent seulement qu'elle ne soit plus le fléau de la terre. Les souverains ne se sont pas coalisés pour faire la guerre aux nations, mais pour forcer votre gouvernement à reconnaître l'indépendance des états ; telles sont leurs intentions , et je suis auprès de vous garant...
Page 79 - Faites arrêter ce misérable, ainsi que les membres du conseil de défense; faites-les traduire par-devant une commission militaire composée de généraux, et, pour Dieu! faites en sorte qu'ils soient fusillés dans les vingtquatre heures sur la place de Grève. Il est temps de faire des exemples. Que la sentence soit bien motivée, imprimée, affichée, et envoyée partout.
Page 149 - Français! J'ai pris les armes, par ordre de mon Roi, pour défendre les droits du peuple suédois. Après avoir vengé les affronts qu'il avait reçus et concouru à la délivrance de l'Allemagne, j'ai passé le Rhin.
Page 150 - ... états ; telles sont leurs intentions , et je suis auprès de vous garant de leur sincérité. Fils adoptif de Charles XIII , placé par l'élection, d'un peuple libre sur les marches du trône des grands Gustaves, je ne puis désormais avoir d'autre ambition que celle de travailler à la prospérité de la presqu'île Scandinave.
Page 53 - Lowenstern était porteur de cette lettre de Winzingerode : « Avant de donner l'assaut et pour sauver Soissons des horreurs du pillage et du massacre, je propose à M. le commandant de Soissons de rendre la ville à l'armée combinée du nord de l'Allemagne. L'honneur militaire ne commande pas une résistance contre une force aussi disproportionnée et dont les suites immanquables resteront toujours à la responsabilité du commandant 4. » Cette sommation où se succédaient les mots d'assaut immédiat,...
Page 503 - Marne et sur ses communications, afin de la pousser plus loin de Paris et de me rapprocher de mes places. Je serai ce soir à Saint-Dizier. Adieu mon amie. Un baiser à mon fils.
Page 248 - ... l'échauffourée du duc de Raguse, qui s'est comporté comme un sous-lieutenant. L'ennemi a fait des pertes énormes; il a attaqué hier cinq fois le village de Clacy, et a toujours été repoussé. La jeune garde fond comme la neige; la vieille garde se soutient. Ma garde à cheval aussi se fond beaucoup : il est indispensable que le général Ornano prenne tous les moyens pour remonter tous les dragons et chasseurs, et d'abord les vieux soldats.
Page 58 - Mon général, je consens aux propositions que vous m'avez faites, à condition que nos troupes occuperont sur-le-champ la porte de Reims et la porte de Laon. Vous quitterez la ville comme vous le désirez, et deux pièces de canon, leurs amunitions (sic] et les équipages qui peuvent appartenir aux troupes ; mais vous vous mettrez en marche pas plus tard que quatre heures après-midi, et vous vous dirigerez sur le chemin de Compiègne3.

Bibliographic information